Séjour dans le Diois

L’objectif était de visiter les falaises et pieds de falaises de la bordure méridionale des hauts plateaux du Vercors mais aussi les crêtes et vallons qui structurent et font la beauté du Diois.

Nous avons choisi de fixer notre pied à terre dans le Cirque d’Archiane, sublime site géologique permettant d’accéder aux Hauts Plateaux du Vercors. La ZNIEFF Falaises et pieds de falaises de la bordure méridionale des hauts plateaux du Vercors (Identifiant national : 820031959) décrit ainsi les critères d’intérêt de cette vaste zone :

L’exploitation forestière est une des principales activités de ce territoire. Situé au sud du col du Rousset, qui marque une nette limite climatique, une nette influence méditerranéenne est déjà perceptible. Compte-tenu d’une grande amplitude altitudinale (de 900 à plus de 2000 m), les traits montagnards restent néanmoins sensibles. Il en résulte une grande diversité de milieux. Des forêts (forêt domaniale de Romeyer, forêt domaniale du Glandasse) recouvrent les pentes inférieures. Les dominant, d’imposantes falaises calcaires forment un rempart quasi infranchissable.

Des éboulis plus ou moins stabilisés en résultent et jonchent les fortes déclivités du site. On peut y rencontrer un cortège floristique remarquable. Le Panicaut blanche-épine, au long panicule argenté, est une espèce protégée. La Corbeille d’argent de De Candolle est une plante endémique (c’est à dire dont l’aire de répartition est limitée à une zone géographique restreinte) propre au Vercors drômois et au Ventoux. Elle arbore de nombreuses fleurs de forme caractéristique roses lilas. Le Genévrier sabine, relativement rare en région Rhône-Alpes, forme des tâches vert sombre sur les pentes sèches. En juin, la Tulipe méridionale piquette de jaune vif les prairies. Quant à la forêt, elle présente différentes teintes de vert, selon qu’elle est dominée par le Hêtre et le Sapin pectiné, ou par le Chêne pubescent. La hêtraie, en particulier, qui pousse sur sols calcaires, et recouvre généralement les pentes escarpées, présente un sous-bois de laîches, de graminées, et d’orchidées avec, notamment, le Sabot de Vénus et l’Orchis de Spitzel.
Le site constitue un bon secteur d’observation des bouquetins. Disparu des Alpes françaises à la fin du XIXe siècle, le Bouquetin des Alpes a fait l’objet de campagnes de réintroduction. Des lâchers ont été effectués depuis plusieurs années dans le Vercors (Archiane et Royans). Autre ongulé emblématique, le Chamois fréquente le site. Plusieurs rapaces utilisent les falaises. L’Aigle royal construit son aire sur les vires rocheuses. D’autres fréquentent le site : le Vautour fauve, la Bondrée apivore, le Circaète Jean-le-Blanc, le Faucon pèlerin. Le Chocard à bec jaune et le Crave à bec rouge occupent tous deux les parois abruptes, tout comme le Tichodrome échelette. Virtuoses, ils effectuent de longs vols planés dans les courants d’air accompagnés d’acrobaties aériennes. Très semblables en vol, le chocard a une silhouette plus élancée toute en courbe et en arrondi, alors que celle du crave est beaucoup plus carrée. Dans les pelouses subalpines, niche la Perdrix bartavelle. Le Tétras lyre, quant à lui, préfère les sous-bois denses à rhododendrons, en compagnie de la Gélinotte des bois. La Bécasse des bois affectionne les milieux ouverts humides. Des papillons diurnes montagnards, l’Apollon et le Semi-Apollon, y côtoient des espèces plus méridionales telles que le Damier de la succise et le Bleu nacré d’Espagne. Dans la partie ouest, le sentier des Balcons du Glandasse permet de jouir d’une vue imprenable sur les vallons environnants ; il rejoint plus à l’est le sentier du Tour du Haut-Diois.
Voici une vue un peu large des différentes Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de cette partie sud du Vercors.
Séjour dans le Diois Vue des ZNIEFF autour d'Archiane

Vue des ZNIEFF autour d’Archiane

 Chaque jour nous avons pu parcourir des sites remarquables, la flore était abondante, même si nous aurions pu espérer voir davantage d’espèces vernales mais la période du 17 au 24 juin était un peu tardive par rapport à cet objectif.
Prenez connaissance, dans les pages qui suivent, du compte-rendu des diverses excursions réalisées durant cette période.
G
M
T
Detect language
Afrikaans
Albanian
Arabic
Armenian
Azerbaijani
Basque
Belarusian
Bengali
Bosnian
Bulgarian
Catalan
Cebuano
Chichewa
Chinese (Simplified)
Chinese (Traditional)
Croatian
Czech
Danish
Dutch
English
Esperanto
Estonian
Filipino
Finnish
French
Galician
Georgian
German
Greek
Gujarati
Haitian Creole
Hausa
Hebrew
Hindi
Hmong
Hungarian
Icelandic
Igbo
Indonesian
Irish
Italian
Japanese
Javanese
Kannada
Kazakh
Khmer
Korean
Lao
Latin
Latvian
Lithuanian
Macedonian
Malagasy
Malay
Malayalam
Maltese
Maori
Marathi
Mongolian
Myanmar (Burmese)
Nepali
Norwegian
Persian
Polish
Portuguese
Punjabi
Romanian
Russian
Serbian
Sesotho
Sinhala
Slovak
Slovenian
Somali
Spanish
Sundanese
Swahili
Swedish
Tajik
Tamil
Telugu
Thai
Turkish
Ukrainian
Urdu
Uzbek
Vietnamese
Welsh
Yiddish
Yoruba
Zulu
Afrikaans
Albanian
Arabic
Armenian
Azerbaijani
Basque
Belarusian
Bengali
Bosnian
Bulgarian
Catalan
Cebuano
Chichewa
Chinese (Simplified)
Chinese (Traditional)
Croatian
Czech
Danish
Dutch
English
Esperanto
Estonian
Filipino
Finnish
French
Galician
Georgian
German
Greek
Gujarati
Haitian Creole
Hausa
Hebrew
Hindi
Hmong
Hungarian
Icelandic
Igbo
Indonesian
Irish
Italian
Japanese
Javanese
Kannada
Kazakh
Khmer
Korean
Lao
Latin
Latvian
Lithuanian
Macedonian
Malagasy
Malay
Malayalam
Maltese
Maori
Marathi
Mongolian
Myanmar (Burmese)
Nepali
Norwegian
Persian
Polish
Portuguese
Punjabi
Romanian
Russian
Serbian
Sesotho
Sinhala
Slovak
Slovenian
Somali
Spanish
Sundanese
Swahili
Swedish
Tajik
Tamil
Telugu
Thai
Turkish
Ukrainian
Urdu
Uzbek
Vietnamese
Welsh
Yiddish
Yoruba
Zulu
Text-to-speech function is limited to 100 characters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*