Mai 2003 Sospel Col de Turini etc

Sortie botanique vers Sospel, les 24 et 25 mai 2003

8 participants

Partis de Saint-Just Malmont dès l’arrivée de Lilia Rivon, nous voici maintenant au Puy où Henri Bayle à son tour, se joint à nous. De là, dès que possible, par l’autoroute, direction du Sud-Est. Dans le Midi, pique-nique sur une aire élevée dominant Monaco et la mer. En début d’après-midi, arrivée à Sospel, agréable petite ville aux vieilles maisons Renaissance et au joli pont médiéval qui enjambe la rivière Bevera. Aussitôt arrivés, six d’entre nous se répartissent dans deux voitures, Paul, fatigué, restant à l’hôtel, et … en route pour l’Authion et le col de Turini, but de notre voyage. Nous devons en effet y découvrir Fritillaria tubaeformis var. moggridgei, belle espèce aux fleurs dorées, teinte inhabituelle pour ce genre. Nous sommes actuellement dans le parc du Mercantour et bientôt, notre guide ici, Armand Gauna, stoppe, descend de voiture et dévale jusqu’au fond d’une combe où la neige a fondu depuis peu de temps. Là, tout en le suivant nous avons le plaisir d’admirer un parterre de fritillaires, protégé par la fraîcheur du site. Dans les parages d’autres encore s’épanouissent : c’est un enchantement. Mais hélas déjà il faut partir ! Plus loin sur les crêtes, nous apercevons d’importants vestiges de constructions défensives datant de la dernière guerre. Puis nous allons au col en passant devant le monument aux morts des marins… de Sospel, (bizarre) ! Et nous voici devant un paysage sublime, moutonnement de chaînes de montagnes à l’infini avec au premier plan de sombres forêts de conifères alternant avec des prairies d’un vert lumineux. Sur la route du retour, nous ne pouvons manquer d’observer les très nombreuses Saxifraga callosa colonisant les anfractuosités des rochers. Pour terminer cette journée, voici le petit relevé habituel extrait de la liste dressée à l’Authion et en bord de route au retour : Anemone narcissiflora, Arabis ciliata, Carex sempervirens, Chamaecytisus actuellement Cytisus polytrichus, Erysimum rhaeticum, Festuca paniculata, Geum reptans, Hippocrepis comosa, Primula veris subsp canescens, Pulsatilla alpina, Trollius europaeus, Acinos alpinus, Cruciata glabra, Genista cinerea, Geranium sanguineum.

Le pont de Sospel

Chapelle au-delà de Sospel

L’Authion

Lilia après la Redoute

Marcel et Armand vers les fritillaires

Fritillaria tubiformis subsp moggridgeii

Fritillaria tubiformis subsp moggridgei

Montagnes vues de l’Authion

Anemone narcissiflora

Chamaecytisus polythricus

Erysimum rhaeticum

Primula veris subsp canescens

Pulsatilla alpina

Trollius europaeus

Trollius europaeus

Saxifraga callosa

Saxifraga callosa

Dimanche 25 mai, partis dès le matin de Sospel, nous prenons la direction du col de Tende, traversons la ville éponyme, franchissons le long et étroit tunnel qui met la ville de Nice en relation avec Cuneo, ville italienne du Piémont. Dès lors, nous aurons quelques difficultés pour nous rendre à l’endroit désiré, en l’occurrence les gorges della Reina. Et c’est ainsi qu’après avoir traversé le petit hameau perdu de Tettin Violin, nous nous égarons sur pistes et chemins plus ou moins carrossables. Mais arrêtons-nous  donc près d’un torrent dans un site agréable, où avant de faire le point, nous allons pouvoir nous détendre, nous reposer, herboriser quelque peu, et pourquoi pas, se sustenter, ce sera fait. Tout ceci terminé voici donc avant le départ, quelques plantes tirées du court relevé effectué : Clematis alpina, Fourraea alpina, Globularia cordifolia, Listera ovata, Orchis militaris, Polygonatum odoratum, Primula marginata, Saxifraga cochlearis, Veronica prostrata.

Vers Tetti Violin – Marcel et Monique Teissier, Lilia Rivon

Clematis alpina

Fourraea alpina

Globularia cordifolia

Listera ovata

Orchis militaris

Polygonatum odoratum

Saxifraga cochlearis

Veronica prostrata

Départ et reprise de nos recherches. Cette fois, pas de problème, sans difficulté aucune, nous y sommes ! Quel spectacle grandiose que ce torrent qui s’est frayé une voie étroite parmi les blocs rocheux et les parois rougeâtres des gorges !

Là Armand qui seul s’aventure, découvre, blotti dans un buisson d’épine-vinette, un lis qu’il viendra déterminer, dit-il, lors de sa floraison. Et n’ayant pas découvert Primula allionii, splendide endémique, nous observons attentivement les rives du ruisseau à sa sortie des gorges. Au cours d’une courte prospection elle nous apparaît en plaques d’innombrables touffes, serrées les unes contre les autres mais défleuries depuis certainement pas mal de temps. Quel dommage, elles sont si belles ! Encouragés, nous sommes très attentifs et notons bien vite Hormatophylla halimifolia. Et avant de quitter ces lieux, voici une petite partie du relevé des gorges ainsi que du vallon Balma di Gherra : Anchusa undulata, Berberis vulgaris, Cephalanthera longifolia, Daphne alpina, Laburnum alpinum, Lilium bulbiferum subsp croceum, Listera ovata, Primula marginata, Saxifraga cochlearis et paniculata. Puis avant de terminer la journée, Armand propose d’aller, en voiture bien entendu, au Lago della Rovine à 1535 mètres. Hélas, à cette altitude, qui plus est dans un cirque entouré de hautes montagnes enneigées, c’est bien trop tôt pour la flore. Seules de petites Viola biflora se laissent admirer. Il ne nous reste plus qu’à rentrer à Sospel pour une dernière nuit et demain ce sera le retour.

Gorges della Reina

Gorges della Reina

Gorges della Reina

A.Gauna dans les gorges della Reina

Berberis vulgaris

Hormatophylla halimifolia

Anchusa undulata hybrida

Cephalanthera longifolia

Daphne alpina

Laburnum alpinum

Saxifraga paniculata

Vue à partir du lac de la Rovina

(suite)