1997 Sardaigne 3

Dimanche 20, nous décidons de débuter la journée par la prospection du site à orchidées de Bonari. Et voici que depuis la voiture nous en apercevons d’assez nombreuses. Arrêt et relevé. Parmi les 36 espèces, tous genres confondus, nous ne retenons, parmi les orchidées que les Orchis longicornu et provincialis ainsi que les Serapias lingua et nurrica. Parmi les autres genres citons Allium triquetrum, Asparagus stipularis, Asphodelus aestivus, Calicotome villosa, Cistus creticus, Hyoseris radiata, Orobanche minor, Polypodium cambricum, Rumex bucephalophorus, Sherardia arvensis. Après cela nous filons au plus vite au Lido di Sole où nous avons rendez-vous avec nos amis. Ils nous y accueillent et illico-presto nous emmènent voir dans des marécages tout proches, des centaines de « champignons » qu’ils connaissent, mais nous aussi d’ailleurs. Il s’agit, en fait, d’un curieux phanérogame de l’ordre des rosales, Cynomorium coccineum. Outre ces centaines de « champignons de Malte », nous relevons 24 espèces parmi lesquelles nous vous présentons : Acacia retinoides, Asparagus stipularis, Chrysanthemum coronarium, Inula viscosa, Lagurus ovatus, Limoniastrum monopetalum, Sonchus tenerrimus, Trixago apulum. Un peu plus tard après le repas, nous trompant de route, nous voici roulant sur une piste dans les environs de Posada. Comme la flore nous paraît intéressante, nouvel arrêt qui nous permet d’observer Dipsacus ferox, Solanum sodomeum, Gomphocarpus fruticosus et Scolymus grandiflorus. En plus, quelques autres espèces extraites d’une courte liste ici dressée : Carduus tenuiflorus, Chrysanthemum myconis, Euphorbia pithyusa et terracina, Hedypnois cretica, Juncus holoschoenus, Parentucellia viscosa. Plus loin au petit port de la Caletta, foisonne Anthemis maritima. Entre la Caletta et Santa Lucia il suffit de traverser la pinède qui longe la route pour atteindre la plage bordée de dunes où abondent les aegagropiles. Tout plein de plantes déjà vues et de petites espèces telles Ornithopus pinnatus, Ononis variegata, Lotus cytisoides, etc. Une dizaine de kilomètres au sud, nous faisons une courte excursion au Capo Camino. De belles plages, des dunes, des rochers se montrent à sa base. En arrière c’est une sorte de maquis où croissent Halimium halimifolium, arbutus unedo, Erica arborea, Asphodelus aestivus, Calicotome villosa, des cistes… Après cela, route jusqu’à Orosei où nous passerons la nuit.

Orchis provincialis

Serapias nurrica

Asparagus stipularis

Asphodelus aestivus

Orobanche minor

Polypodium cambricum

Lido di sole

Lido di Sole avec Cynomorium coccineum

Cynomorium coccineum

Cynomorium coccineum vu de près

Acacia retinoides

Chrysanthemum coronarium

Limoniastrum monopetalum

Mesembryanthemum sp

Dipsacus ferox

Gomphocarpus fruticosus

Scolymus grandiflorus

Euphorbia terracina

Au sud de la Caletta

Anthemis maritima

Ononis variegata

Capo Camino

Capo Camino

Capo Camino

Halimium halimifolium

Arbutus unedo

Lundi 21, devant l’église San Antonio Abate, nous retrouvons nos amis et ensemble nous la visitons. Après quoi nous entamons le périple du jour. Dans le maquis bordant la petite route de la Caletta d’Osalla, les cistes, Lavatera olbia et Halimium halimifolium font bien triste figure sous la pluie. Plus loin Magydaris pastinacea commence ici à fleurir. Le mauvais temps persistant nous abandonnons l’idée de visiter la tombe des géants et l’ensemble nuraghique de Serra Orios. Alors à Dorgali nous prenons la direction de Cala Gonone où nous retenons l’hôtel pour la nuit ainsi qu’une place de camping. Et nous voici sur la piste de Cala Cartoe. A 200 m environ de la plage, une immense nappe d’eau boueuse nous interdit d’aller plus loin. Arrêt forcé, pique-nique dans les voitures car il pleut toujours. Celui-ci terminé, nous revêtons l’imperméable et chaussons les bottes et en avant pour l’admirable plage. Nous y voici ! Un petit ruisseau, peu avant son embouchure, s’étale en un lac minuscule. La végétation, de toutes parts, est luxuriante et, une montagne boisée tombe presque à pic dans la mer. Mais éclairs et tonnerre… voici l’orage. Parmi les trois projets proposés, le troisième remporte tous les suffrages : c’est la visite de la grotte d’Ispinigoli à quelque 25 km. Arrivés, il nous faut attendre une heure pour la prochaine visite. Heureusement, au bar en contre-bas de la grotte, nous patienterons à l’abri tout en sirotant la liqueur de myrte, spécialité de l’endroit. Puis la visite commence. Cette grotte, l’une des plus vastes d’Italie, s’étend sur une dizaine de kilomètres, mais seule la première partie en fait, se visite. Il s’agit d’une vaste salle au centre de laquelle se dresse une immense colonne de 38 mètres de haut. La visite terminée, nous repassons sous le porche des vierges où autrefois, en l’honneur des dieux, étaient sacrifiées de toute jeunes filles. A la sortie, un pâle soleil nous accueille. Nous effectuons donc un relevé des abords dont voici quelques taxons : Arbutus unedo, Cynoglossum cheirifolium, Cytisus lanigerus (ex Calicotome villosa), Hyoseris radiata, Ophrys morisii, Orchis brancifortii, Stachys glutinosa, Teucrium marum. Après quoi nous partons comme prévu pour Buon Camino, à une dizaine de kilomètres au S-W de Dorgali. Nous empruntons donc une petite route étroite serpentant dans un paysage à nul autre pareil. Il s’agit d’une grande plaine aux cultures variées (oliviers et vignes notamment) qui plus loin se mue en un immense champ d’asphodèles au milieu duquel émerge une chapelle décrépie, précédée d’un orme centenaire. Et tout autour, des ruines. L’ensemble est cerné de montagnes arides et de falaises ocre provoquant en ce triste jour finissant, un indéfinissable sentiment d’angoisse. Alors, bien vite c’est le retour et l’arrivée à l’hôtel retenu.

De la caletta d’Osalla

Cala Cartoe

Cala Cartoe

Arbutus unedo

Asphodelus ramosus

Calicotome villosa

Cynoglossum cheirifolium

Ophrys morisii

Buon Camino

Cala Gonone

Hôtel Cala Luna

(suite)