curiosité

De son lieu de confinement, en Haute-Loire (la pauvre…), Michèle nous fait partager cette curiosité botanique.

Il s’agit d’un individu de Plantago lanceolata (Plantain lancéolé) qui présente une particularité très rare. Alors que les fleurs de plantain sont toujours hermaphrodites, c’est-à-dire qu’elles portent à la fois des organes mâles (étamines et pollinies) et des fleurs femelles (carpelle comprenant stigmate, style et ovaire), ici nous avons un cas de dioécie fonctionnelle où les fleurs sont exceptionnellement femelles (présence exclusive des pistils/styles). L’androcée (anthères et filets) semble avortée. Il convient toutefois de noter que, dans ce cas précis, les organes femelles sont anormalement développés.

La nature ne manquant pas d’imagination, il arrive qu’elle s’arrange parfois pour que les fleurs, bien qu’hermaphrodites, décalent leurs fonctions mâle et femelle dans le temps, afin d’éviter l’auto-pollinisation. Ici, Michèle a suivi sur plusieurs jours l’évolution de ces hampes florales et les fleurs sont restées “femelles”.

Je rencontre chaque année ce phénomène sur une espèce de mes cactus (Gymnocalycium hyptiacanthum ssp. netrelianum) dont les pollinies sont systématiquement avortées (mais les organes femelles ne sont pas hyper-developpées comme dans le cas de ce Plantago). Ce n’est donc pas un phénomène aléatoire mais régulier, indiquant probablement une origine hybride de ces sujets ne pouvant plus se reproduire que de manière végétative (pour les cactus).

Plantago lanceolata

Plantago lanceolata à fleurs hermaphrodites.

Plantago lanceolata

Vue de détail du même sujet

Plantago lanceolata "femelle"

Pied de Plantago lanceolata “femelle”

Plantago lanceolata "femelle)

Détail d’un épi floral d’où n’émergent que des organes femelles alors que les pollinies semblent avortées.

Pour illustrer mon propos, mais aussi pour faire vivre un peu notre site en cette période morose, voici ci-dessous deux exemplaires d’une espèce de Gymnocalycium originaire d’Uruguay illustrant mon propos plus haut.

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp netrelianum

Sur ce sujet cespiteux on constate bien que les organes mâles et femelles sont normalement constitués et sont donc fonctionnels. (Les lobes du stigmate vont se développer dans les heures qui suivent celle où la photo a été prise)

Gymnocalycium hytiacanthum ssp netrelianum

Sur cet autre sujet, le gros plan montre que seul le stigmate est correctement développé mais les pollinies sont avortées et ne contiennent pas de pollen.

Une réponse à “curiosité”

  1. merci Michèle pour ce partage

    Le côté positif de ce temps de confinement ; c’est d’avoir le temps de faire les choses tranquillement comme
    de regarder les pistils de Plantago , plante que l’on aurait “dédaignée” en un printemps normal!
    Portez vous bien !

    Catherine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*